Azawad 24

 

Azawad24 est une société privée et indépendante dont le but est de donner une information rapide des évènements qui secouent l'Azawad.

 

Contrairement à d'autres organisations médiatiques de l'Azawad, Azawad24 donne l'information directe, sans langue de bois et sans ambiguïté.

 

La langue de bois, nous ne connaissons pas!

 

logo-fp

 

Traduction dans votre langue

French Arabic Chinese (Simplified) Dutch English German Hebrew Italian Japanese Korean Portuguese Russian Spanish

Condition de vies difficiles des refugies azawadiens

Nous venons de recevoir un communiqué de l'ARVRA qui met en lumière les massacres commis par l'armée malienne depuis le 11 Janvier 2013, date du début de l'opération Serval de la France. Statique à l'appui, l'ARVRA signale que pas de moins de 200 personnes ont été exécutés ou sont disparus au cours du dernier mois. Ce chiffre est 15 fois supérieur à celui des victimes de l'armée malienne durant les combats avec le MNLA (17 Janvier 2012 – 31 Mars 2012). Ci-dessous, nous mettons en ligne le communiqué de l'ARVRA.

 

Association des Réfugiés et Victimes des Répressions de l'Azawad

ARVRA

 

200 exécutions extrajudiciaires de civils azawadiens par l'armée malienne depuis le début de l'intervention française!!!

 

L'armée malienne a exécuté et, ou enlevé plus de 200 civils majoritairement Touaregs et Maures entre le 11 janvier et le 15 février 2013 dans le sillage de l'intervention française. Ce chiffre est 15 fois supérieur au nombre d'exactions commises par les forces maliennes au cours des trois mois qu'ont duré les affrontements entre le MNLA et l'armée malienne (janvier à mars 2012).

(...) Les soldats, en opérations, violent, volent et pillent publiquement les biens appartenant aux communautés sus mentionnées et dans certains cas supervisent les actes de vandalisme par les populations noires restées sur place. (...)

Tous ces actes se déroulent dans les localités reprises par les forces françaises après leur rétrocession à l'armée malienne (...) Konna, Sévaré, Niono, Diabali, Douentza, Gossi, Gao, Léré, Goundam, Tombouctou.... (...)

Nous exigeons de la France d'interpeller, sans délai, directement et officiellement, le Mali afin que ces massacres cessent et que les auteurs soient arrêtés. La présence de soldats français sur le terrain laisse croire que cela est possible, nécessaire et indispensable.

Nous interpellons, la CPI, en particulier, la Procureure générale, à faire preuve de diligence et d'impartialité en interpellant les autorités de Bamako et en ouvrant une enquête.

 

16 Février 2013

Abdourahmane Ag Mohamed Elmoctar

Président ARVRA

Voir le communiqué entier sur Toumast Press